LES ORIGINES PROFONDES DU STRESS

Conflit de valeurs

Le stress peut résulter d’une situation où mes valeurs sont insatisfaites. Par exemple : je place le respect de l’humain au-dessus de tout (c’est ma valeur dominante), mais un nouveau directeur me contraint à des pratiques en termes de gestion des ressources humaines que je trouve brutales. Il m’est difficile de m’opposer sans craindre une sanction. De ce conflit interne naît un stress intense et des symptômes psychiques (repli sur soi, agressivité…) et physiques  (fatigue, migraine, maux de ventre…) peuvent apparaître.

Croyances

Des croyances sur la vie ou sur soi peuvent aussi être à l’origine du stress : il se peut que je n’accepte pas les lois qui gouvernement le fonctionnement de la Vie, l’impermanence de toute chose par exemple. De ce fait, je vit dans la croyance d’une stabilité possible de tous les aspects de ma vie et je m’effondre lorsque survient un changement inattendu. Autre croyance qui peut aboutir à un stress intense : poussé par mon manque d’estime de soi (pour être bien considéré par mes pairs, je dois en faire plus qu’eux), je considère qu’un salarié doit toujours produire un travail parfait, toujours achever ce qu’il y a à faire quelles qu’en soient les conséquences…Peut-être même au prix d’un appauvrissement de toutes les autres dimensions de ma vie (vie familiale, vie amoureuse, développement personnel…).

Conditionnements affectifs et traumatismes

Certains stress proviennent de conditionnements ou d’événements traumatiques : des événements difficiles vécus par la mère pendant la grossesse, une privation sensorielle du jeune enfant (mère absente en raison d’une hospitalisation par ex.), un conditionnement affectif ou cognitif (parents alcooliques..), un événement traumatique connu ou refoulé (syndrome de stress post traumatique).

Dissociation corps/esprit

Le manque de présence du corps dans la conscience peut également concourir à l’apparition d’un stress. C’est mon corps qui m’indique par des sensations plaisantes ou déplaisantes lorsque mes valeurs sont satisfaites ou non. Si je ne reçois plus ses sensations, je suis perdu, dans la confusion, dans un état de stress. S’il y a une forte dissociation entre mon corps et mon esprit, je ne suis plus conscient de mes limites, incapable d’entretenir l’homéostasie (l’équilibre). Je n’entends pas les signaux de la fatigue, voire de la souffrance. Je suis alors, par exemple, capable de travailler jusqu’à la rupture (burn out).

A chaque stress sa stratégie thérapeutique

La stratégie thérapeutique sera bien entendu très différente selon l’origine du stress. De plus, plusieurs origines peuvent se conjuguer. D’où la nécessité de prendre le temps de bien cerner la problématique lors de la première rencontre.

Par ailleurs, dans cette stratégie d’intervention, une combinaison de techniques sera souvent plus efficace : par exemple de l’EFT (Emotionnal Freedom Techniques) tout d’abord pour éliminer des émotions bloquantes, puis de l’hypnose pour modifier des automatismes inconscients et enfin de la sophrologie pour entretenir sur le long terme une bonne régulation émotionnelle.

Quels sont les bénéfices que peut apporter l’hypnose dans le traitement du stress ?

Tout d’abord, l’hypnose peut le plus souvent éliminer ou atténuer les manifestations somatiques du stress (céphalées, tensions musculaires, diarrhée, vertiges, douleurs dorsales, insomnie…). L’état hypnotique exerce un effet de frein sur le système nerveux sympathique ce qui produit détente musculaire, ralentissement du rythme cardiaque, diminution de la pression artérielle… Cette diminution d’activité du système nerveux sympathique suffira souvent à faire céder les manifestations somatiques du stress, en particulier si le patient pratique régulièrement des séances d’auto-hypnose apprises en cabinet.

On va également apprendre au système nerveux à réagir de façon différente aux stimuli externes (situations, personnes, événements…) ou internes (pensées, discours interne, projections dans le futur…) qui génèrent le stress, autrement dit, vous désensibiliser à ces générateurs de stress.

Il peut être nécessaire d’identifier et de traiter les émotions bloquantes ou limitantes liées à des événements douloureux du passé – voire des traumatismes – (y compris quand ils sont inconnus) et susceptibles d’entretenir votre état de stress ou d’en être à l’origine.

Des séances d’auto-hypnose, apprises en cabinet, permettent au patient, à domicile, de s’entrainer à établir et maintenir un état d’esprit positif, le calme mental et la détente corporelle.

Pour découvrir les stages de traitement du stress en Alsace (1 ou 2 jours), vous pouvez aussi consulter notre site :

Traitement du stress en Alsace

Publicités