POUR ETRE EN BONNE SANTE, SOIGNONS NOS PENSEES

Portrait Philippe

Philippe Coat, hypnothérapeute, sophrologue, psycho-énergéticien

« Nous pensions que notre ADN déterminait une grande partie de nos comportements et de nos caractéristiques physiques. Or, l’épigénétique nous apprend que de nombreux gènes sont quotidiennement activés ou désactivés par nos croyances, nos émotions et nos attitudes. Chacune de nos pensées se propage comme une onde dans tout notre corps, affectant notre système immunitaire, notre cerveau et notre système hormonal ». (2)

Mais concrètement, comment installer en nous un état d’esprit qui va agir favorablement sur notre métabolisme et l’expression de nos gènes afin d’optimiser notre santé et notre bien être ?

Bruce Lipton, PhD, l’un des pères de l’épigénétique, a été le premier à comprendre qu’une grande partie de notre activité génétique est affectée par des facteurs extérieurs à la cellule. Un exemple parmi d’autres : l’influence de nos émotions sur la cicatrisation. Des chercheurs (3) ont étudié l’effet qu’a le stress associé à des conflits conjugaux sur la cicatrisation des plaies, qui est un marqueur significatif d’activation génétique. A l’aide d’un dispositif de succion, les expérimentateurs ont provoqué de petites ampoules sur la peau de cobayes mariés, après quoi on a demandé à chaque couple d’avoir une discussion neutre d’une demi-heure. Pendant les trois semaines suivantes, les chercheurs ont suivi la production de trois protéines que le corps fabrique en association avec la cicatrisation des plaies. Ils ont ensuite demandé aux mêmes couples de discuter d’un sujet sur lequel ils étaient en désaccord.

Un état émotionnel négatif ralentit la cicatrisation de 40 %

Les chercheurs ont découvert que l’expression des protéines liées à la cicatrisation était déprimée chez les couples qui s’étaient disputés. Même les couples qui avaient eu un simple dialogue autour d’une différence d’opinions, plutôt qu’une franche dispute verbale, montraient de plus lentes cicatrisation de leurs plaies. Mais dans les couples qui avaient eu de sévères désaccords, avec dénigrements, sarcasmes et critiques, la cicatrisation étaient ralentie d’environ 40 %. « Il s’agit de blessures mineures et d’interactions limitées dans le temps. Les conflits conjugaux de la vie réelle ont probablement un impact plus puissant », ajoute Janice Kiecolt-Glaser.

Lorsque vous avez une telle lésion sur la peau et que votre corps a besoin de la réparer, un signal est envoyé aux gènes associés à la cicatrisation. Ces gènes s’expriment en incitant les cellules souches à se transformer en cellules de peau saines et fonctionnelles. Quand il y a interférence avec ce signal, ce qui ici provient des états émotionnels des sujets en colère, les cellules souches ne reçoivent plus clairement le message car l’énergie du corps est occupée à construire des produits biochimiques de réponse à la menace (subjective) déclenchée par la colère. La cicatrisation est compromise.

Anxiété = vieillissement prématuré

Stress

Cet exemple laisse imaginer ce qui se passe lorsque nous sommes assaillis de façon régulière par des pensées stressantes. Selon Dawson Church, PhD (2), « La circulation de ces hormones de stress (ndlr : adrénaline, noradrénaline et cortisol) va compromettre votre système immunitaire, affaiblir vos organes et vous faire vieillir prématurément. Vous êtes en train d’activer des gènes qui fonctionnaient parfaitement bien pour l’homme des cavernes (ndlr : c’est-à-dire un processus visant à assurer la survie en maximisant à court terme les performances physiques et mentales pour faire face à un danger), mais qui sont contre-productifs pour l’homme moderne ».

Pour le Dr Herbert Benson (4), « Les pensées stressantes qui conduisent à la sécrétion de la noradrénaline liée au stress entravent nos capacités de guérison naturelles issues de l’évolution. Ces pensées ne sont souvent que dans nos esprits, et non pas une réalité. »

Le neuro-endocrinologue Bruce McEwen, PhD (5), précise « qu’un tel stress use le cerveau, conduisant à l’atrophie cellulaire et à la perte de la mémoire. Il élève également la pression artérielle et le sucre dans le sang (glycémie), qui durcissent les artères et mènent à des maladies cardiaques ».

Sous l’effet du stress, une élévation chronique du taux de cortisol contribue aux affections suivantes :

  • Tension artérielle élevée
  • Réduction de la capacité de mémoire et d’apprentissage
  • Hyperglycémie
  • Maladies cardiaques
  • Diminution de la réparation cellulaire
  • Accélération du vieillissement
  • Ralentissement de la cicatrisation
  • Réduction de la réparation osseuse
  • Diminution des cellules immunitaires en circulation
  • Diminution des anticorps immunitaires
  • Mort des cellules cérébrales
  • Réduction de la masse musculaire
  • Diminution de la réparation des cellules cutanées
  • Augmentation de dépôt de graisse autour de la taille et des hanches
  • Ostéoporose.

Source : Dawson Church, PhD

Comment installer un état d’esprit favorable à ma santé ?

Dawson Church

Dawson Church, PhD

Nous sommes donc en bonne partie responsable de notre santé. Dawson Church, PhD (2), avance que « En nous déstressant par le biais de nos attitudes, croyances, hygiène de vie, autosuggestions et spiritualité, nous prenons pleinement part au choix des instruments qui prédomine dans notre symphonie génétique.  Lorsque vous comprenez qu’à chaque émotion et pensée, à chaque instant, vous procédez à l’ingénierie épigénétique de vos propres cellules, vous avez soudain sur votre état de santé et de bonheur une capacité d’action qui peut faire toute la différente.»

Très bien : notre santé dépend de nos pensées. Alors concrètement, comment installer en nous un état d’esprit qui va agir favorablement sur notre métabolisme et l’expression de nos gènes pour optimiser notre santé et notre bien être ? Différentes pratiques issues de l’hypnose, de la pychothérapie énergétique et de la sophrologie permettent d‘agir efficacement. Il s’agira d’une part, de nous libérer de nos entraves (croyances limitantes, schémas dysfonctionnels, traumatismes) et d’autre part, d’installer un bon équilibre émotionnel – et de le maintenir dans le temps ! – par une pratique régulière.

Quelle stratégie thérapeutique peut-on adopter ?

Bien entendu, il n’y a pas de parcours type. Tout dépend de votre « carte du monde », parcours de vie, besoins du moment… Voici néanmoins les quelques thématiques sur lesquelles il faudra s’interroger et, le cas échéant agir, pour composer un programme santé adapté tel que le pratique le Cabinet Coat, cabinet de thérapies brèves & développement personnel.

1. Créer en moi une base de sécurité

Dans un premier temps, il conviendra que je développe en moi les ressources nécessaires pour aborder le quotidien avec lucidité et créativité : calme, détente, sécurité, estime de soi. Sans ces ressources primaires, je ne peux pas changer, me projeter dans l’avenir. Dans la peur, impossible d’explorer.

2. Me libérer de mes entraves

S’il y a lieu, il conviendra de me libérer des traumatismes ou conditionnements affectifs qui entretiennent en moi des pensées et émotions qui vont altérer ma santé. Peut être aussi, affaiblir les automatismes de pensée qui me limitent : croyances irrationnelles, distortions cognitives, schémas dysfonctionnels… Des habitudes de penser, d’agir ou de ressentir qui sont figées s’accommodent mal du mouvement permanent qui caractérise la vie qui s’exprime en moi et autour de moi.

3. Renforcer par la répétition les réseaux neuronaux qui sous-tendent les états désirés

Réseaux neuronaux

Intervenir de façon systématique sur les situations où se manifestent nos états de conscience et/ou comportement problématiques afin de défaire les automatismes neuro-biologiques qui les sous-tendent. Ces automatismes résultent parfois de plusieurs décennies d’apprentissage négatif. Une action répétée – et ce, au moment même où se manifeste l’état problématique –  viendra défaire les réseaux neuronaux correspondant et renforcer ceux qui supportent l’état désiré. Cette stimulation répétée est indispensable pour que se maintiennent les nouvelles connexions synaptiques. Dans le cas contraire, après 3 semaines, il ne reste plus rien de l’apprentissage qui avait été effectué (cf. Erik Kandel, prix Nobel de médecine en 2000).

4. Renforcer la conscience de mon identité originelle

Parfois, dans une recherche de sécurité, d’appartenance à une famille symbolique, j’ai adopté inconsciemment une conception de la vie, des valeurs et des comportements qui ne m’appartiennent pas : ce sont peut être ceux de ma mère avec laquelle j’entretiens une relation « fusionnelle », de mon conjoint, de mon univers professionnel…. Tôt ou tard, je vais ressentir un mal être car je ne suis pas « comme » tel ou tel. Je suis né avec ma singularité, mon originalité. Je ne suis identique à aucun autre être vivant dans l’univers! Une petite voix au fond de moi va finir par me susurrer « tout ça, ce n’est pas toi, tu aspires à autre chose ». Lorsque je ressentirai ce qui fait ma singularité et que je l’accepterai, mes façons d’agir, de penser et de ressentir vont se mettre en consonance avec mes désirs profonds. Je me sentirai alors apaisé, mieux intégré dans l’existence.

5. Mieux ressentir mes désirs authentiques

Une bonne conscience du corps est indispensable. Car mes impressions sensorielles sont nécessaires pour que naisse l’émotion. Et cette émotion précède le désir. Autrement dit, si je ne ressens pas grand chose dans mon corps, j’aurais du mal à prendre conscience de mes vrais désirs. Alors je risque de vivre en référence à des impératifs moraux, aux exigences de la société, à une analyse rationnelle de la situation… Mais pas à mes désirs. En étant bien connecté à mes ressentis, je me dote de cette boussole interne qui va m’indiquer dans quelle direction il est souhaitable que j’oriente ma vie. Quand j’irai dans la bonne direction, ce n’est pas tant mon mental que mon corps qui va me le faire savoir. Je « me sentirai bien », voilà tout. Mais encore faut-il que « je me sente » ! Ce qui ne va pas de soi car les difficultés de la vie et notamment les traumatismes on tendance à produire une dissociation corps/esprit. Si le corps a fait mal un jour (accident, abus sexuel….) , ou que j’ai crains qu’il fasse mal sous l’effet d’une menace, je me suis peut être mis inconsciemment à distance de ce corps. Si tel est le cas, mes sensations/émotions se sont alors partiellement éteintes et il m’est donc plus difficile de ressentir mes vrais désirs et de développer la volonté nécessaire pour traduire ces désirs dans l’action.

6. Développer mes compétences relationnelles

Lorsque la détente et la sécurité sont là, que je suis libéré de mes entraves et que je m’accepte tel que je suis, que je ressens mes vrais désirs, je peux dorénavant m’ouvrir davantage à l’autre et m’enrichir à son contact. Différentes pratiques peuvent alors favoriser ma capacité d’écoute et l’expression de mes émotions, bases de l’intimité et d’une relation interpersonnelle authentique.

7. Rester dans une dynamique d’évolution constante 

Cabinet Coat, hypnose, sophrologie, psychothérapie énergétique, Colmar, Haut Rhin, thérapies brèves, développement personnel

Maintenir un bon équilibre physique et émotionnel suppose une pratique régulière. Avec la routine énergétique, 5 minutes matin et soir  suffisent.

Une fois qu’un bon équilibre émotionnel a été installé, il faut maintenir ma capacité d’ouverture et d’apprentissage, ma tolérance à l’incertitude inhérente à la vie, ma souplesse. Pour cela, une me faut une pratique régulière pour maintenir l’unité esprit/corps (conscient/inconscient) . Car même le pianiste virtuose perd son niveau s’il abandonne son entrainement. Des pratiques issues de la médecine énergétique (cf. la vidéo « Routine énergétique » sur le présent site) ou de la sophrologie permettent :

  • d’une part, de mobiliser le corps pour favoriser la circulation de l’énergie et apaiser les structures (amygdale) et mécanismes qui sous-tendent l’anxiété,
  • de renforcer la présence du corps dans la conscience : rester à l’écoute de mes sensations et de mes émotions, maintenir une bonne unité entre la conscience cognitive et la conscience somatique. Autrement dit, il s’agit de rester constamment en contact avec ce qui fait ma singularité pour, jour après jour, canaliser mon énergie dans le sens qui correspond à mes aspirations profondes.

Philippe Coat, hypnothérapeute, sophrologue, praticien en psychothérapie émotionnelle et cognitive.

© Reproduction interdite sans l’accord exprès de l’auteur.


 

(1) L’épigénétique est la science qui étudie les sources qui contrôlent l’expression des gènes depuis l’extérieur de l’ADN. Il s’agit d’une étude des signaux qui allument et éteignent les gènes. Certains de ces signaux sont des produits chimiques, d’autres sont électromagnétiques. Certains viennent de l’environnement interne du corps, tandis que d’autres sont la réponse de notre corps à des signaux provenant del’environnement qui entourent notre corps.

(2) Dawson Church, Ph.D., est chercheur en médecine énergétique. Il a fondé le Soul Médecine Institute. In Le génie dans vos gènes.

(3) Ronald Glaser, faculté de médecine de l’université d’Etat d’Ohio et Janice Kiecolt-Glaser, psychologue.

(4) Dr Herbert Benson, président du Harvard medical School Mind-Body Medical Institute.

(5) Bruce McEwen, PhD, directeur du laboratoire de neuro-endocrinologie à université Rockfeller de New York.

STRESS, BURN OUT, ANXIETE : LES STAGES THERAPEUTIQUES 2017

La magie de l’action

hypnothérapeute - hypnose - Colmar - Mulhouse - Sélestat - Haut Rhin - Maigrir - confiance en soi - mieux dormir - arrêter le tabac - relaxation - dépression - angoisse - stress

Philippe Coat, psychopraticien spécialisé en hypnose et sophrologie

Le Cabinet Philippe Coat organise courant 2017, en Alsace, des stages de traitement du stress, burn out et de l’anxiété chronique.

A environ 50 km de Strasbourg et Mulhouse, ces stages se déroulent dans un cadre très agréable, en pleine forêt vosgienne, en mars, avril, mai et juin. D’une durée d’un ou deux jours, ils alternent des séquences de travail individuel, des échanges en groupe et des pratiques collectives.

Grande fatigue, troubles du sommeil, irritabilité, agressivité, ruminations, perte de concentration…?  Inconfort respiratoire, maux de tête et d’estomac? Si vous reconnaissez chez vous un ou plusieurs de ces symptômes, il est temps de passez à l’action.

Nous le savons tous au fond de nous : l’introspection, la réflexion sur notre problème ne fait que lui donner plus de force, plus de consistance encore. Elle ne résoud rien. Pour changer, il faut être dans l’action.

Une palette de techniques complémentaires

photo-ferme-auberge-de-la-clausmatt-filet

Information et inscription au 07 81 82 54 59

Pour vous apporter des résultats optimisés, ces stages mettent en oeuvre une palette de techniques complémentaires au service d’une stratégie thérapeutique claire : Sophrologie, Hypnose, PNL, Techniques de libération émotionnelle.

Bien sur, au cours de ces stages vous apprendrez beaucoup sur les mécanismes du stress et sur votre stress en particulier. Parce que l’on ne peut pas traiter ce que l’on ne connaît pas.

Mais surtout, vous serez très vite dans l’action pour commencer dès les premiers instants du stage à agir efficacement sur votre stress : séance de sophrologie, d’hypnose, pratiques issues de la Programmation Neuro-linguistiques, identification des comportements à faire évoluer… Des acquis et des pratiques que vous pourrez exploiter dans votre quotidien pour obtenir un changement en profondeur.

Stress, burn-out, anxiété chronique, risques psychosociaux, stages thérapeutiques en Alsace, cabinet Philippe Coat

Découvrez la vidéo : « Traiter efficacement stress, burn-out, anxiété chronique en Alsace »

Vos bénéfices

  • Trouver un bien-être durable en agissant sur la source de votre stress plutôt que de vous épuiser à intervenir seulement sur  les symptômes.
  • Réagir plus positivement et ne pas être affecté par les situations professionnelles ou privées qui vous posent problème aujourd’hui.
  • Disposer d’acquis et de techniques que vous pourrez utiliser à domicile ou en situation professionnelle pour des résultats durables et évolutifs.

 Le programme


Objectifs

Actions

1. Diminuer dès maintenant mon stress :  agir rapidement sur les tensions musculaires et l’agitation mentale. Pratique collective issue de la sophrologie.
2. Connaître mon stress pour le contrôler : la fonction du stress, ses manifestations, ses dégats physiques et psychiques. Intervention et échanges.
3. Comment échapper à mon stress : comment se manifeste mon stress, quels sont ses déclencheurs. Travail individuel sous la conduite des animateurs, recherche collective des solutions.
4. Diminuer dès maintenant mon stress : instaurer le calme mental. Pratique collective issue du bouddhisme zen.
5. Sur quoi dois-je agir pour traiter mon stress à sa source : conditionnements, croyances, valeurs, relation au corps… Travail individuel sous la conduite des animateurs. Intervention et échanges.
6. Agir sur l’une des principales racines du stress : limiter les discordances entre mon comportement et mes valeurs. Disposer des élements nécessaires pour dessiner mon projet de vie. Travail individuel sous la conduite des animateurs.
7. Mieux réguler mes émotions : renforcer la présence du corps et des sensations dans la conscience. Travail individuel sous la conduite des animateurs.
8. Me désensibiliser aux événements difficiles que j’ai vécus, améliorer ma réaction aux situations critiques du quotidien, accroître ma sensibilité au plaisir. Pratique collective issue de l’hypnose thérapeutique.

Dates et tarifs

Stage 1 jour

Dimanche 12 mars

9h00 – 17h30 120 € déjeuner inclus
Stage 1 jour

Dimanche 2 avril

9h00 – 17h30 120 € déjeuner inclus
Stage 2 jours

Dimanche 7 et Lundi 8 mai

9h00 – 17h30 190 € déjeuners inclus
Stage 2 jours

Samedi 17 et dimanche 18 juin

9h00 – 17h30 190 € déjeuners inclus

Conduite des stages

Les stages sont animés par Philippe Coat et Natalia Pismennaia.

Philippe Coat


Interventions et conduite des pratiques collectives. Psychopraticien spécialisé en hypnose et sophrologie. Pour découvrir son profil détaillé, rendez vous à la rubrique Votre thérapeute

En cabinet, j’accompagne de nombreux patients souffrant de stress dans leur vie professionnelle ou privée : enseignants, professionnels de santé… Les résultats les plus spectaculaires sont obtenus avec une combinaison de séances en cabinet et de pratiques à domicile, apprises en cabinet, éventuellement guidées par des enregistrements sonores. Dans ce domaine, l’entrainement est très payant. J’exploite les possibilités offertes par l’hypnose, la sophrologie, la programmation neuro-linguistique et les techniques de libération émotionnelles (EFT).

Je connais bien le monde des entreprises et les conditions qui génère le stress et plus largement, la souffrance au travail. D’une part, j’assure des formations auprès de créateurs et repreneurs d’entreprise. D’autre part, dans ma ma vie professionnelle, j’ai aussi assumé des fonctions de direction et d’encadrement et je suis intervenu sur des chantiers liés au management, à la communication et à l’accompagnement du changement. De mon parcours, je tire une connaissance de la culture et des enjeux de diverses organisations (collectivités locales, entreprises petites et grandes, chambres consulaires) et une bonne capacité à susciter la coopération entre les acteurs.

Natalia Pismennaia


En charge de l’appui des stagiaires dans le cadre des exercices individuels. Formatrice indépendante dans l’enseignement professionnel.

portrait-nataliaJ’interviens, pour le compte d’organismes de formation (chambres de commerces plus particulièrement) ainsi que dans les entreprises. J’assure au bénéfice de managers et futurs managers des enseignements relatifs à la gestion et au développement des unités commerciales notamment sur les thématiques du stress, du management, de la communication.

Je connais de l’intérieur les problématiques de stress et de burn out pour avoir assuré des fonctions diverses au sein de réseaux de distribution de grande envergure : direction d’unités commerciales, coordination internationale, formation, management d’équipes multiculturelles en France et à l’étranger.

J’appuie notamment des professionnels dans les phases de transition (promotion, changement d’affectation…) et des étudiants dans les périodes d’examens. Tout autant que les compétences ou l’expérience, je mesure chaque jour à quel point la confiance en soi et la capacité à gérer son stress sont déterminants dans la réussite d’un cursus de formation, d’une recherche d’emploi ou d’une évolution professionnelle.


Publics concernés

la-clausmatt-foret

Joignez l’utile à l’agréable : traiter votre stress et profitez d’un cadre enchanteur

Le stage s’adresse notamment aux personnes :

  • souffrant de stress en situation de travail,
  • connaissant un stress lié à une période de transition dans leur vie privée (rupture avec le conjoint, examens…),
  • connaissant un stress lié à une période de transition dans leur vie professionnelle (nouvelle fonction dans l’entreprise, changement d’entreprise…),
  • souffrant d’anxiété chronique,
  • affectées par un stress apparu suite à un événement difficile.

Inscription au 07 81 82 54 59

Pour vous inscrire, appelez de préférence au 07 81 82 54 59 ou adressez un mail : philippe.coat@contactoffice.fr

L’inscription est définitive après versement d’un acompte de 50 %.

Vous souhaitez être rappelé ?

Pour vous inscrire ou obtenir des informations complémentaires, remplissez simplement les champs ci-dessous et cliquez sur « Envoyer ». Nous vous rappelerons rapidement.

Le lieu des stages

photo-ferme-auberge-de-la-clausmatt-filetLes stages se déroule en Alsace, au-dessus du beau village de Ribeauvillé soit environ à 59 km de Strasbourg, 50 km de Mulhouse, 16 km de Colmar.

L’auberge de la Clausmatt est située à 600m d’altitude, dans un superbe cadre champêtre. Elle se niche au bord d’une clairière .

Accès

Une fois à Ribeauvillé (68150), prendre la direction de Saintes Marie-aux-Mines par la D 416. Après 1,5 km, à la vue du panneau « La Clausmatt », prendre à gauche et rouler vers l’auberge sur 3,8 km (route non goudronnée).

Hébergement

L’hébergement sur place est possible dans la limite des disponibilités. Pour tout renseignement, appelez au 03 89 73 86 15.

L’auberge de La Clausmatt propose :

  • des chambres de 2 à 6 personnes. A partir de 18.50 € par nuit / personne,
  • un gîte pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes. 200 € pour 2 nuits / gite,
  • un hébergement en dortoir de 9 places : 12 € par nuit / personne.

Pour en savoir plus sur le stress, lisez notre article

hypnothérapeute - hypnose - Colmar - Mulhouse - Sélestat - Haut Rhin - Maigrir - confiance en soi - mieux dormir - arrêter le tabac - relaxation - dépression - angoisse - stressDes questions ? N’hésitez pas à m’appeler au  07 81 82 54 59.

Philippe Coat, psychopraticien spécialisé en hypnose et sophrologie.

STRESS ET ANXIETE : AGISSEZ A LA SOURCE AVEC L’HYPNOSE

Les bénéfices que vous apporte l’hypnose dans le traitement du stress

Stress anxiété hypnose colmar alsace

  • Eliminer ou atténuer les manifestations somatiques du stress (tensions musculaires, tachycardie, insomnie, vertiges, douleurs dorsales, maux de ventre…).
  • Echapper à l’emprise des événements douloureux du passé qui peuvent expliquer le stress d’aujourd’hui : identifier ces événements (connus ou inconnus du patient) et procéder à une désensibilisation afin de traiter le problème du stress à sa source.
  • Vous apprendre des pratiques qui vont vous permettrent, à domicile, de vous entrainer à changer votre état d’esprit lorsque celui-ci est négatif et d’y substituer des sensations et un état d’esprit positifs.
  • Permettre au système nerveux de réagir de façon différente aux stimuli externes (situations, personnes, événements…) ou internes (pensées, discours interne, projections dans le futur…) qui génèrent le stress, autrement dit, vous désensibiliser à ces générateurs de stress.

Le stress joue un rôle dans de nombreux troubles

Philippe Coat, Sophrologue spécialisé & Hypnothérapeute à Colmar

Philippe Coat, Sophrologue spécialisé & Hypnothérapeute à Colmar

Le stress est  impliqué dans de nombreux troubles et maladies. Ses effets peuvent être physiques ou psychiques. Il est tantôt responsable de l’apparition du problème, de son maintien ou de son aggravation.

Nous sommes nombreux à nous épuiser à tenter de traiter nos symptômes un par un. Mais parfois, ces symptômes ont une seule origine : le stress.

Si vous présentez plusieurs des symptômes suivants, il serait bon d’explorer la piste du stress : maux de tête, tensions musculaires, pâleur, diarrhée, douleur à l’estomac, douleurs lombaires, dorsales ou cervicales, sueurs, bouche sèche, vertiges, respiration accrue, palpitations, douleurs thoraciques, démangeaisons…

Peut-être vos problèmes physiques sont-ils accompagnés d’une évolution de votre comportement : réactions excessives, agressivité, morosité, esprit confus, perte de l’estime de soi, de la confiance en soi, mauvaise humeur, manque d’enthousiasme, irritabilité, idées noires…? Alors l’hypothèse d’une origine liée au stress gagne encore du terrain.

Maximiser nos capacités pour faire face au défi

Le stress est une solution d’adaptation développée au fil de l’évolution humaine dans le but de faire face aux défis de la vie quotidienne.

Les modifications tant physiologiques que psychologiques générées par le stress permettent d’optimiser les capacités du corps et de l’esprit pour nous adapter à un changement ou faire face à un agresseur pour assurer notre survie, soit par la fuite, soit par le combat.

Cependant, un tel état nécessite une quantité d’énergie très importante et ignore complètement les autres besoins du corps et de l’esprit (récupération, protection à long terme, plaisir, etc.). Si la situation d’urgence génératrice de stress perdure, le corps, comme l’esprit, vont progressivement s’épuiser.

Les dommages psychiques du stress

Mal contrôlé, le stress peut générer des troubles de l’adaptation qui conjuguent dépression, anxiété, voire conduites addictives.

Quand le comportement évolue

L’anxiété est l’un des signes les plus caractéristiques du stress. Elle peut entraîner une gêne quotidienne. Le stress va modifier progressivement le comportement de l’individu : réactions excessives, agressivité, morosité, esprit confus, perte de l’estime de soi, de la confiance en soi, mauvaise humeur, manque d’enthousiasme, irritabilité, idées noires, repli sur soi, refus de voir ses amis, ses collègues ou sa famille… L’appétit se fait moindre, générant une fatigue qui ne va rien arranger.

Les signes du stress, au niveau comportemental et psychologique (1)
  • Perte de l’appétit, anorexie ou boulimie
  • Baise de l’estime de soi
  • Perte de confiance en soi
  • Irritabilité
  • Colère fréquentes et sentiment de persécution
  • Crises de larmes
  • Perte du sens de l’humour
  • Hostilité
  • Agitation
  • Difficulté de concentration
  • Baisse de la libido
  • Usage de drogues, de médicaments psychotropes, d’alcool
  • Insomnie et cauchemar
  • Repli sur soi et difficulté à communiquer
  • Anxiété
  • Crise de panique
  • Tristesse
  • Pertes de mémoire

La libido en berne

L’activation du système sympathique par les hormones du stress va s’opposer à l’érection et à l’afflux de sang dans la verge. Chez la femme, la stimulation du système sympathique va se traduire par une absence de lubrification. Le stress va agir sur l’hypophyse et l’hypothalamus, perturbant le cycle des règles et l’ovulation.

Un état dépressif qui se profile

Le stress peut également amener progressivement vers une dépression nerveuse dite « réactionnelle » qui va aggraver la situation. Cette dépression qui apparait dans les mois suivants le début de la situation stressante, disparait généralement dans les six mois qui suivent l’arrêt du stress. Elle se manifeste par des troubles du sommeil, une perte de l’appétit, une fatigabilité accrue et une grande douleur morale.

Stress Angoisse Anxiété

L’hypnose permet de désensibiliser aux stimuli générateurs de stress

Le stress n’épargne pas non plus le cerveau. Des lésions des neurones cérébraux ont ainsi été observées chez des sujets soumis à des stress importants. L’hippocampe, une zone du cerveau dédiée à la mémoire, aux apprentissages et aux émotions va s’atrophier sous les assauts répétés du cortisol. Trop de stress nuit donc à la mémoire. Cette atrophie de l’hippocampe est définitive. Elle subsiste lorsque le taux de cortisol revient à la normale.

Quelques uns des événements les plus stressants de la vie

Valeur Evénement de la vie
100 Décès du conjoint
73 Divorce
65 Séparation conjugale
63 Peine d’emprisonnement
63 Décès d’un proche parent
53 Maladie ou blessure personnelle
50 Mariage
47 Licenciement
45 Réconciliation conjugale
45 Retraite
44 Changement dans l’état de santé ou dans le comportement d’un membre de la famille
40 Grossesse
39 Difficultés sexuelles
39 Nouveau membre dans la famille (naissance, adoption, etc.)
39 Modifications dans son travail, son commerce
38 Changement de situation financière
37 Décès d’un ami proche
36 Changement de métier, de profession
35 Dispute avec son conjoint
31 Hypothèque importante
29 Changement de responsabilité au travail
29 Départ d’un enfant de la maison
29 Problèmes avec sa belle-famille
28 Réalisation majeure sur le plan personnel
26 Début ou arrêt de travail du conjoint
26 Début ou fin d’étude
25 Changement dans ses conditions de vie
24 Révision de ses habitudes de vie
23 Problèmes avec son supérieur
Extrait de l’échelle de Holmes-Rahe; Journal of Psychosomatic Research

Les dégâts physiques du stress

Au fil des mois et des années, le stress chronique ou la répétition de stress aigus ou mineurs finissent par retentir sur l’état de santé. Des maladies peuvent apparaitrent, favorisées ou même générées par l’état de stress.

 Un affaiblissement du système immunitaire

Le stress va affaiblir les défenses immunitaires de l’organisme face aux envahisseurs potentiels que sont les champignons, les virus, les bactéries, les cellules cancéreuses, les allergènes…. Sous l’effet de la stimulation du système nerveux sympathique, le nombre des lymphocytes (globules blancs responsables de l’immunité) va diminuer, favorisant ainsi les infections à répétition. Il en est de même pour certains cancers dont l’apparition et l’évolution semblent influencée par le stress.

Stress, hypnose, colmar, alsace

Plus la situation stressante se prolonge et plus le risque de contracter un rhume augmente (Cohen et al. – Health psychology, 1998)

Diverses études ont étudié les effets du stress d’une manière globale en évaluant son impact sur un grand nombre de sujets. Toutes ont permis de mettre en évidence l’impact du stress sur l’efficacité, entre autres, du système immunitaire. Pour exemple, l’équipe du Dr Sheldon Cohen de l’université de Carnegie Mellon à Pittsburgh aux USA a mené une étude sur un groupe de plus de 400 personnes « cobayes » volontaires âgées entre 18 et 55 ans. Durant la phase initiale de l’expérience, la personne participante était soumise à une batterie de tests (interview, prélèvements sanguins, etc.) afin de déterminer l’état de santé global, le niveau d’efficacité du système immunitaire et le niveau de stress. Ensuite, le virus du rhume était inoculé à ces personnes sous la forme d’une injection nasale. Le but de l’expérience était de savoir s’il était possible de prédire les probabilités de contracter le rhume en fonction du niveau de stress de la personne ayant été infectée. Les résultats mettent clairement en évidence que plus le niveau de stress est élevé et plus le risque de contracter le rhume est important.

Les signes du stress, au niveau somatique (2)
  • Céphalées
  • Tremblements
  • Pâleur
  • Diarrhée
  • Douleur à l’estomac
  • Douleurs lombaires, dorsales ou cervicales
  • Sueurs
  • Mains et pieds froids
  • Bouche sèche
  • Vertiges
  • Respiration accrue
  • Palpitations, douleurs thoraciques
  • Démangeaisons

 L’impact du stress a également été établi pour une maladie beaucoup plus grave, comme le sida. Une étude, publiée dans la revue « Proceedings of the National Academy of Science », l’établit de façon indiscutable. Chez des patients séropositifs, traités par la trithérapie, les chercheurs ont mesuré deux paramètres: 1) l’activité de l’adrénaline – présente en cas de stress – dans leur corps avant tout traitement; 2) le taux de virus dans le sang.

Ils ont constaté que les patients les moins stressés supprimaient quatre fois plus de virus que les autres, tout traitement égal par ailleurs. En d’autres termes, cela signifie que plus le niveau de stress est élevé et plus le système immunitaire est faible. Inversement, plus le niveau de stress est bas et plus le système immunitaire est efficace et peut combattre de nombreux types de virus, y compris celui du sida.

Cœur et vaisseaux sont affectés

Lorsque le facteur de stress persiste, s’accentue ou se répète trop souvent, des pathologies graves peuvent apparaître, comme l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral sans parler de l’hypertension artérielle.

Les autres maladies du stress (3)
  • Hypercholestérolémie
  • Asthme
  • Désordres hormonaux (hypo ou hyperthyroïdie)
  • Troubles immunitaires
  • Kyste ovarien
  • Fibrome utérin
  • Troubles de l’ovulation
  • Migraines
  • Problèmes dermatologiques (peau sèche, poriasis, chute des cheveux, allergies, poussée d’herpès, acné)
Extrait de Stress contrôle – Dr Daniel Gloaguen – Editions Alpen

Problèmes digestifs

Lors d’un stress, le sang a tendance a délaisser le système digestif pour irriguer davantage les organes de la fuite, du combat ou de la résistance (cœur, muscle). D’où l’apparition de troubles digestifs somatiques parfois graves comme la recto-colite hémorragique. Le manque de vascularisation peut aussi perturber la mobilité intestinale et provoquer des maladies digestives fonctionnelles telles que diarrhée, constipation, spasmes et ballonnements. Enfin, l’hyperactivité gastrique constatée lors d’épisode de stress peut déclencher un ulcère à l’estomac, entretenu par l’augmentation du cortisol qui va s’opposer à la cicatrisation de la muqueuse gastrique irritée. De nombreuses raisons qui expliquent la fréquence des douleurs abdominales lors d’épisodes de stress.

Le stress : un mécanisme de défense

Le stress est une solution d’adaptation développée au fil de l’évolution humaine dans le but de faire face aux défis de la vie quotidienne.

Les modifications tant physiologiques que psychologiques générées par le stress permettent d’optimiser les capacités du corps et de l’esprit pour nous adapter à un changement ou faire face à un agresseur pour assurer notre survie, soit par la fuite, soit par le combat.

Stress hypnose colmar cortisolAu cours d’un stress, les taux de cortisol et d’adrénaline augmentent de façon importante et permanente. Ces hormones vont contribuer à apporter plus d’énergie à l’organisme et en particulier au cerveau et aux muscles au détriment des autres organes (systèmes immunitaire et digestif, peau, organes génitaux).

Cependant, un tel état nécessite une quantité d’énergie très importante et ignore complètement les autres besoins du corps et de l’esprit (récupération, protection à long terme, plaisir, etc.). Si la situation d’urgence génératrice de stress perdure, le corps, comme l’esprit, vont progressivement s’épuiser.

Ces hormones qui deviennent des ennemies

L’adrénaline et le cortisol sont les principales hormones responsables des réactions physiologiques observées dans le stress. Alliées à l’origine, elles deviennent vite des ennemies si la situation stressante se prolonge.

L’adrénaline, hormone de la peur

L’adrénaline va mettre l’organisme dans un état de tension et d’alerte extrême. C’est l’hormone de la peur, de l’action immédiate. Cette hormone va provoquer d’autres réactions favorisant la fuite : augmentation de la respiration, dilatation des bronches, accélération du rythme cardiaque et augmentation de la tension artérielle. Lors d’un stress prolongé, la production excessive d’adrénaline va user l’organisme. Une autre hormone, la noradrénaline, stimule la vigilance ainsi que la motricité corporelle.

 Le cortisol, hormone de l’énergie

Le cortisol est l’autre hormone importante du stress. Il va augmenter l’apport en glucose sanguin, nécessaire à un meilleur fonctionnement cérébral et musculaire. C’est l’hormone de l’énergie. On suspecte le cortisol d’être impliqué dans le développement de certains cancers (sein, peu, utérus) chez qui auraient tendance à sécréter plus de cortisol. En outre le cortisol diminuerait l’activité des cellules tueuses du système immunitaire chargées de supprimer les cellules cancéreuses. Par ailleurs, cette hormone accélère la destruction protéique osseuse et s’oppose à la croissance de l’os, élève le taux de cholestérol et de triglycérides, favorise la rétention d’eau par le rein et inhibe l’hormone de croissance.

A chaque stress sa stratégie thérapeutique

La stratégie thérapeutique sera bien entendu très différente selon l’origine du stress. De plus, plusieurs origines peuvent se conjuguer. D’où la nécessité de prendre le temps de bien cerner la problématique lors de la première rencontre.

Par ailleurs, dans cette stratégie d’intervention, une combinaison de techniques sera souvent plus efficace : par exemple de l’EFT (Emotionnal Freedom Techniques) tout d’abord pour éliminer des émotions bloquantes, puis de l’hypnose pour modifier des automatismes inconscients et enfin de la sophrologie pour entretenir sur le long terme une bonne régulation émotionnelle.

Quels sont les bénéfices que peut apporter l’hypnose dans le traitement du stress ?

Tout d’abord, l’hypnose peut le plus souvent éliminer ou atténuer les manifestations somatiques du stress (céphalées, tensions musculaires, diarrhée, vertiges, douleurs dorsales, insomnie…). L’état hypnotique exerce un effet de frein sur le système nerveux sympathique ce qui produit détente musculaire, ralentissement du rythme cardiaque, diminution de la pression artérielle… Cette diminution d’activité du système nerveux sympathique suffira souvent à faire céder les manifestations somatiques du stress, en particulier si le patient pratique régulièrement des séances d’auto-hypnose apprises en cabinet.

On va également apprendre au système nerveux à réagir de façon différente aux stimuli externes (situations, personnes, événements…) ou internes (pensées, discours interne, projections dans le futur…) qui génèrent le stress, autrement dit, vous désensibiliser à ces générateurs de stress.

Il peut être nécessaire d’identifier et de traiter les émotions bloquantes ou limitantes liées à des événements douloureux du passé – voire des traumatismes – (y compris quand ils sont inconnus) et susceptibles d’entretenir votre état de stress ou d’en être à l’origine.

Des séances d’auto-hypnose, apprises en cabinet, permettent au patient, à domicile, de s’entrainer à établir et maintenir un état d’esprit positif, le calme mental et la détente corporelle.

(1), (2), (3) Extraits de Stress contrôle – Dr Daniel Gloaguen – Editions Alpen        

Des questions ? N’hésitez pas à nous appeler au  07 81 82 54 59.

DSC_1042CABINET COAT – Thérapies brèves & Développement personnel

Hypnose, Sophrologie, Programmation Neurolinguistique, Techniques de libération émotionnelle.

Cabinet de Colmar : 29 rue de la corneille, 68000 Colmar – Haut-Rhin

SE LIBERER DES TRAUMATISMES ET DU STRESS AVEC L’E.F.T.

« L’EFT (Emotional Freedom Techniques) est une méthode pour réduire l’intensité de souvenirs traumatiques. Chaque personne vivant sur la planète terre a vécu au moins quelques traumas dans son enfance. Pour les plus chanceux, ces événements traumatiques ont été rares et modérés, comme une infirmière qui aura oublié pendant quelques minutes de vous donner un biberon quand vous étiez bébé.

syndrôme de stress post- traumatique

L’EFT : une méthode efficace pour le traitement du syndrôme de stress post- traumatique

Pour certaines personnes, les événements traumatiques de leur enfance ont été horribles, comme un génocide, un viol ou une guerre. La plupart d’entre nous se situent quelque part entre ces deux extrèmes. Au fil des années, nous accumulons un arriéré de souvenirs traumatiques renforcé par des expériences négatives vécues en tant que jeunes adultes. Une fois arrrivés à l’âge adulte, nous avons construit des comportements et des stratégies d’ajustement basés sur ces expériences. Ceux-ci ont formé notre croissance émotionnelle et nous pouvons croire que nous sommes destinés à rester ainsi pour le reste de notre vie.

Il était jusqu’ici très difficile de donner une forme à notre expérience, notre vécu émotionnel. Une personne pouvait passer des années à pratiquer la contemplation ou la méditation, à cultiver la paix intérieure. Mais cet état était facilement perturbé par les événements de la vie de tous les jours. Ces techniques demandent de nombreuses années d’apprentissage et de perfectionnement.

L’EFT a introduit une toute nouvelle façon de libérer les souvenirs émotionnels. Vous pourrez découvrir que l’intensité de vos souvenirs traumatiques chute rapidement, même dans les quelques premières minutes où vous l’essayez. Il existe de nombreuses études scientifiques sur l’EFT pour la dépression, l’anxiété et d’autres problèmes psychologiques. Ceux-ci montrent que les personnes qui utilisent l’EFT se rétablissent très rapidement, souvent en quelques séances.

Là où l’efficacité de l’EFT a été démontrée de la façon la plus spectaculaire, c’est dans le traitement des troubles de stress post traumatiques, ou TSPT. Des milliers de soldats rentrés des champs de bataille d’Iraq et d’Afghanistan avec des TSPT ont été traités avc l’EFT. Les études ont montré que leurs symptômes de TSPT diminuaient rapidement, au fur et à mesure que chutait l’intensité de ce souvenirs traumatiques de combat.

Non seulement l’EFT peut améliorer les problèmes psychologiques mais elle peut aussi améliorer les symptômes physiques. Comment cela est-il possible ?

Il existe une importante association entre le stress émotionnel et la maladie. Une étude réalisée sur 17 421 adultes par une chaîne d’hopitaux aux Etats-Unis, la Kaiser Permanente et les CDC (Centers for Disease Control)* a étudié la relation entre  les expériences défavorables qu’ils ont vécues durant l’enfance (ACE – adverse childhood experience)  et la maladie. Les ACE étaient des expériences telles que le divorce de leurs parents, un des parents incarcérés ou un des parents souffrant d’une dépendance. L’étude ACE a mis en évidence que ceux qui avaient le plus grand nombre de traumas émotionnels  dans leur enfance avaient, à l’âge adulte, un taux plus élevé de nombreuses différentes maladies. Ces maladies incluent le cancer, les maladies cardiaques, une pression sanguine élevée, l’obésité et le diabète.                                                   * Centres pour le contrôle des maladies

Ceci ne veut pas dire que l’origine d’une maladie physique soit entièrement psychologique. Mais cela indique qu’une vie entière à porter le poids de traumas à des conséquences néfastes sur notre corps. Quand les personnes utilisent l’EFT pour leurs problèmes physiques, ils libèrent les souvenirs émotionnels associés au symptôme. A partir du moment où ces souvenirs ne sont plus douloureux, la réaction de stress est réduite et le corps a une chance de guérir.

Performances scolaires

Libéré de son anxiété par l’EFT, l’enfant peut retrouver toutes ses ressources et améliorer ses résultats scolaires

L’EFT est également utilisé pour les performances sportives, performances scolaires et les performances professionnelles. Lorsque les anxiétés qui sollicitent une grande partie de l’attention de personnes sont enlevées, ces dernières retrouvent toutes leurs ressources pour accomplir leur tâche ou leur projet. C’est la raison pour laquelle vous trouverez un si grand nombre d’histoires d’athlètes et d’étudiants qui obtiennent de meilleurs résultats après avoir fait de l’EFT. Il existe également des livres spécialisés sur le sujet, tels que « EFT for Sport Performance », « EFT for back Pain », « EFT for PTSD », « EFT for weight loss », « EFT for the Highly Sensitive Temperament » et d’autres encore. [….]

L’EFT puise dans des principes développés par de nombreux géants de la psychologie du siècle dernier. Le scientifique russe Pavlov a été le premier à démontrer « la réaction conditionnée » chez le chien et le célèbre psychologue américain B.F. Skinner a découpé le conditionnement en de plus petits paquets (appelés « aspects » en EFT). Un influent psychiatre sud-africain, Joseph Wolpe, a développé juste après la 2ème guerre mondiale « l’échelle de stress », que nous utilisons maintenant en EFT. Le psychologue Aaron Beck a découvert que remplacer des croyances dysfonctionnelles (cognitions) pouvat ider les personnes à guérir de différents problèmes psychologiques. Et selon de nombreuses études, la thérapie « d’exposition » (en EFT, « se rappeler du problème ») s’est avérée efficace.

Les méridiens

l’EFT stimule les points de terminaison des méridiens pour libérer les blocages énergétiques dans le corps

L’autre source d’expérience dans laquelle l’EFT puise est la médecine orientale, sous forme de points d’acuponcture. L’acuponcture a fait preuve d’efficacité pour les TSPT et des problèmes psychologiques ainsi que physiques. Les études ont montré qu’une « pression » se révèle tout aussi efficace qu’insérer des aiguilles sur des points d’auponcture et les scientifiques ont également prouvé qu’il est plus efficace d’insérer de aiguilles dans de vrais points d’acuponcture que dans des points qui n’en sont pas. Ainsi l’EFT est parfois appelée « acuponcture sans aiguilles », même si sa base historique est autant la science psychologique occidentale que la médecine orientale.

Ces deux sources ont été jointes dans les années 70 lorqu’un psychologue américain, Roger Callahan, a découvert que ses patients pouvaient être guéris de leurs phobies en une seule séance. A ce jour, les phobies sont l’un des problèmes les plus faciles à traiter pour l’EFT. Le système de Callahan a été simplifié par Gary Craig, un ingénieur diplômé de l’université de Stanford et la popularité de sa méthode est maintenant très répandue. L’EFT a été validée comme approche « evidence-based medecine (EBM)** dans de nombreuses études ainsi que par des essais contrôlés randomisés mesurant les TSPT, la douleur, la dépression, l’anxiété et les cravings (envies irrésistibles). l’EFT fait partie d’un groupe de thérapies nommé « Energy Psychology »***, parce qu’on pense qu’elles affectent les champs d’énergie électromagnétique du corps ».

** EBM : Médecine fondée sur les faits, fondée sur des preuves, ou médecine factuelle. Le terme anglais est le plus couramment utilisé.

*** Energy Psychology : Psychologie énergétique. Le terme anglais est le plus couramment utilisé.

Ce texte est extrait  de « The EFT Manual », Gary CRAIG. Publié en 2010 par Energy Psychology Press.  http://www.energypsychologypress.com                                          Il est traduit de l’Anglais par Diane von der Weid. 

hypnothérapeute - hypnose - Colmar - Mulhouse - Sélestat - Haut Rhin - Maigrir - confiance en soi - mieux dormir - arrêter le tabac - relaxation - dépression - angoisse - stressDes questions ? N’hésitez pas à m’appeler au  07 81 82 54 59.

Philippe Coat, Maître praticien en hypnose thérapeutique à Colmar (prox. Mulhouse et Sélestat)

Corps et conscience : les deux facettes d’une même réalité.

Yin yang

Les interactions entre corps et esprit sont permanentes

La distinction entre le corps et la conscience est purement conceptuelle. Le corps et l’esprit sont indissociables, ils constituent les deux facettes d’une même réalité : le corps donne naissance à la conscience. Et l’on peut dire également que la conscience donne naissance au corps. En effet le schéma corporel – la représentation que nous avons de notre corps – est une production de notre esprit. C’est pourquoi toute action exercé sur le corps a un impact sur l’esprit et  toute action sur l’esprit agit sur le corps.

Les interactions entre corps et esprit sont permanentes.

conférence

La composante psychique est présente dans la plupart des maladies. Elle joue même un rôle dans l’expression des gènes.

Les répercussions d’événements psychiques  sur les organes ne font pas de doute : toutes les émotions, joies, chagrins entraînent des modifications somatiques au niveau de la glycémie, du rythme cardiaque, de la tension artérielle, de la digestion… En raison du stress, les remplaçants d’une équipe de football ont une glycosurie (élimination de glucose dans les urines) aussi élevée que les joueurs; les relations hiérarchiques mal vécues entraînent des insomnies; les sentiments refoulés tels que « je ne suis pas à la hauteur, personne ne veut de moi » se traduisent par une augmentation des sécrétions hormonales… L’organisme s’adapte en général à court terme grâce aux phénomènes homéostatiques mais si la menace persiste ou s’il n’y a pas possibilité de réagir, il développera des réactions psychosomatiques comme, par exemple, l’ulcère (par augmentation de la sécrétion gastrique et baisse de sécrétion des colloïdes protecteurs de la muqueuse).

Les effets de diverses maladies sur le psychisme ne sont pas moindre. Certaines sont par exemple bien connues pour entraîner un état dépressif. C’est le cas de 15 à 20% des cancers du pancréas, de la sclérose en plaque ou de la maladie de Parkinson). Les troubles de sécrétion de la thyroïde s’accompagnent de troubles de l’affectivité : parfois de l’anxiété en cas d’hyperthyroïdie, un état dépressif en cas d’hypothyroïdie.

Pourquoi l’hynothérapie est-elle si efficace ?

courbes

Hypnothérapie : 93 % d’amélioration après 6 rencontres selon une étude commanditée par American Health Magazine

La liste des indications de l’hypnothérapie est impressionnante : douleurs chroniques (dos, arthrite, etc.), abandon d’habitudes néfastes (tabac, alcool, etc.), diminution du stress et de l’anxiété, phobies, hypertension artérielle, problèmes de peau (eczéma, etc.), asthme, troubles du sommeil, burn-out, dépression, maladies auto-immunes, troubles sexuels…

La raison en est sans doute que la composante psychique est présente dans la plupart des troubles. La maladie apparait souvent lorsqu’il y a conflit existentiel : l’image consciente ou inconsciente que j’ai de moi et de ma vie n’est pas conforme à ce que je souhaiterais être. Il y a conflit entre d’une part, mes pensées et mes actes et d’autre part, ma « vérité intérieure », cette petite voix qui me souffle que « ma vraie place est ailleurs ». Dès lors, s’installe une tension psychologique qui peut entrainer divers symptômes voire déclencher la maladie.

Exploitez plus efficacement les ressources de votre cerveau

TEP

La transe hypnotique est un état physiologique spécifique.

Une équipe française a montré en 1998 que la transe hypnotique est un état physiologique spécifique. Les images prises par tomographie par émission de positron (TEP)  montrent de nettes différences d’activité au sein d’au moins quatre zones du cerveau par rapport à l’état de veille ordinaire, celui de rêverie éveillée ou même de visualisation. Les zones cérébrales activées sont principalement situées dans l’hémisphère gauche, ce qui correspond à un processus de reconstruction d’images mentales.

L’état modifié de conscience dont nous faisons l’expérience lors d’une séance d’hypnothérapie nous permet d’accéder aux ressources de notre inconscient . Notre cerveau va dès lors pouvoir modifier des automatismes incontrôlables consciemment et notre corps sera en mesure de mobiliser ses potentialités de changement et de guérison.